L’électromobilité est-elle vraiment écologique avec le mix de courant suisse?

Le grand avantage des voitures électriques par rapport aux voitures conventionnelles est leur fonctionnement sans émissions. Mais s’arrêter à l’absence d’un pot d’échappement serait une erreur: car le courant délivré par la prise de recharge est le facteur décisif. S’il est issu d’une production écologique, la voiture électrique est loin devant la voiture conventionnelle en termes d’écologie. C’est la raison pour laquelle eGarage analyse de près le mix de courant suisse.

En roulant, les voitures électriques n’émettent pas de CO2 ni d’autres polluants. Comparativement, les voitures électriques ont donc plusieurs longueurs d’avance sur les voitures conventionnelles dans ce domaine. Le rendement des moteurs électriques est aussi nettement plus élevé que celui des moteurs à combustion – un moteur électrique transformant environ 85 % de son énergie en mouvement. À 35 %, le rendement d’un moteur à essence moderne paraît presque ridicule. Réduire le comparatif à l’absence de pot d’échappement et au rendement serait néanmoins faire fausse route, car c’est l’origine du courant rechargé qui est le facteur décisif. Lorsqu’une voiture électrique, par définition efficace sur le plan énergétique, est rechargée avec du courant issu d’une production non écologique, elle n’est au final pas plus écologique qu’une voiture conventionnelle.

L’avantage du mix de courant suisse

Il n’a pas fallu attendre le débat actuel sur le climat pour savoir que la Suisse est un pays innovant et prévoyant. Et dans la production d’électricité propre, le pays alpin montre la voie par l’exemple depuis déjà très longtemps: nos montagnes permettent de produire de l’électricité propre grâce aux centrales hydroélectriques, qui représentent plus de la moitié du courant suisse. À laquelle s’ajoutent environ 30 % d’électricité issue de centrales nucléaires, également considérées comme neutres en termes de CO2. La seule question importante, et qui reste en suspens, est celle du retraitement en bonne et due forme des déchets radioactifs. Le reste de la production est couvert par des énergies renouvelables et non renouvelables. L’Office fédéral de l’énergie établit la production d’électricité suisse comme suit:

  • Centrales hydroélectriques (au fil de l’eau et à accumulation): 55,4 %
  • Centrales nucléaires: 36,1 %
  • Autres énergies renouvelables: 5,7 %
  • Centrales thermiques et de chauffage urbain (non renouvelables): 2,7 %

Passer à l’électrique n’est qu’une question de temps

Lorsque les voitures électriques sont rechargées avec du courant suisse propre, elles compensent la grande quantité d’énergie consommée pour produire leurs batteries au bout d’environ 50 000 kilomètres. Des chiffres qui sont similaires pour les modèles hybrides rechargeables. L’achat d’une voiture électrique est donc un bon début pour faire une bonne action pour l’environnement. Toutefois, le facteur décisif reste une utilisation rigoureuse des énergies renouvelables, car, à défaut, l’absence de pot d’échappement ne donne qu’une image faussée de la situation.